Description du projet pilote :

Analyse de la qualité des eaux de surface

Selon un rapport publié par l’organisation World Wildlife Fund Canada (WWF-Canada), les données sur la qualité de l’eau sont de faibles quantités dans le bassin versant de la rivière Harricana, alors qu’une forte pression anthropique est observée sur le bassin. L’Organisme de bassin versant Abitibi-Jamésie (OBVAJ) a également constaté un manque important de données sur la qualité des eaux de surface dans la région de l’Abitibi-Jamésie suite à la rédaction de son Plan directeur de l’eau. En effet, le Ministère de l’Environnement et de la lutte contre les changements climatiques (MELCC) a mis en place depuis des années deux programmes gouvernementaux de surveillance de la qualité des eaux de surface dans la région, tels que le Réseaux-Rivières et le Réseau de Surveillance Volontaire des Lacs (RSVL). Cependant, les données collectées restent insuffisantes pour dresser un portrait global de la qualité des eaux par bassin versant. Afin de protéger notre ressource en eau, il est essentiel d’obtenir préalablement un juste portrait de la santé de nos bassins versants. À cette fin, l’OBVAJ a développé un projet pilote d’analyse de la qualité des eaux de surface,  inspiré d’un projet élaboré par nos collègues de l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT). Ce projet permettra d’augmenter les données régionales et nationales et de mettre en place les actions nécessaires à la protection et à la préservation des ressources en eau dans la région. Il offrira également aux gestionnaires et aux acteurs locaux des informations sur les zones où le suivi s’avère nécessaire.

Rivière Duparquet, bassin versant de la rivière Abitibi.

Le projet d’analyse de la qualité des eaux de surface a été réalisé pour la première fois en été 2017 et a été reconduit également pour l’année 2018. Plusieurs organisations locales, régionales et provinciales ont appuyé ce projet, tels le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT), le Parc national d’Aiguebelle (SÉPAQ), la Direction régionale de l’analyse et de l’expertise de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec (MELCC) ainsi que l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT).

L’identification des stations d’échantillonnage constitue une première étape du projet. En effet, une analyse spatiale des pressions anthropiques et des usages de l’eau par bassins versants a été réalisée pour déterminer les zones qui subissent une forte pression anthropique, grâce à un outil cartographique de priorisation des sous bassins versants (nous vous invitons à consulter la page du projet ici). Cet outil a permis de sélectionner les sites les plus impactés, où la qualité de l’eau pourrait être affectée. Au total, douze stations d’échantillonnage ont été identifiées dans dix (10) municipalités  : ville Macamic, municipalité de Gallichan, municipalité de Rapide Danseur, municipalité de Taschereau, ville de Rouyn-Noranda, municipalité de Rivière -Héva, ville de Val-d’Or, municipalité de St Marc de Figuery, ville d’Amos et la municipalité de Belcourt.

Localisation des stations d’échantillonnage :

La carte ci-dessous présente la localisation des différentes stations d’échantillonnage.

Station 1 : Rivière Loïs / Tributaire du lac Macamic (Macamic) se situe près de l’embouchure de la rivière Loïs, à 4,2 km en amont de la prise d’eau potable de la Ville de Macamic. Une présence importante d’agriculture sur le bassin versant classe ce site préoccupant pour la Ville de Macamic, puisque celle-ci s’approvisionne en eau de surface à partir de la rivière Loïs.

Station 2 : Rivière Duparquet – Tributaire  du lac Abitibi (Gallichan) se situe près de l’embouchure de la rivière Duparquet, près du lac Abitibi. Il s’y trouve différentes pressions de pollution notamment une présence importante d’agriculture ainsi que deux sites de rejets d’eaux municipales non traités de la municipalité de Gallichan.

Station 3 : Rivière Duparquet en amont (Rapide-Danseur) se situe sur la rivière Duparquet à la hauteur de la route 388. Aucune donnée de la qualité de l’eau n’est disponible à cet endroit. Ce site servira de valeur référence à la station 2  pour comparer les pressions anthropiques provenant de l’agriculture.

Station 4 : Rivière Loïs / Entre le lac Loïs et le lac Duchat (Taschereau) se localise en amont du sous-bassin versant de la rivière La Sarre où il se trouve peu de pressions anthropiques. Cette station servira de valeur de référence à la station 1 afin de comparer les pressions agricoles.

Station 5 : Lac Loïs (Rouyn-Noranda) se situe au lac Loïs où aucune donnée sur la qualité de l’eau n’est disponible à ce jour. Ce lac se positionne en amont du réseau hydrographique du bassin versant de la rivière Abitibi. La Sépaq s’est engagée à financer une partie des coûts d’échantillonnage, car elle est préoccupée par la qualité de ce plan d’eau qui touche au Parc national d’Aiguebelle.

Station 6 : Rivière Fournière (Rivière Héva) est en amont du bassin versant de la rivière Harricana où peu de pressions anthropiques sont observées, mais aucune donnée sur la qualité de l’eau n’est disponible. De plus, cette station servira de valeur référence pour la station 7 qui se trouve en aval du sous-bassin versant de la rivière Milky.

Station 7 : Rivière Milky (Val-d’Or)  est située à l’exutoire du lac De Montigny, sur la rivière Milky. Cette station se situe en aval du sous bassin versant de la rivière Milky qui présente une forte présence de pressions anthropiques telles qu’une activité minière prononcée, une villégiature importante ainsi que plusieurs usages de l’eau. Les métaux traces sont également analysés à cette station grâce à une entente avec le MELCC.

Station 8 : Rivière Harricana (Val-d’Or) se localise à la confluence des sous-bassins versant des rivières Milky et Bourlamaque. Cette portion de la rivière cumule les effets résiduels de ces deux bassins versants qui alimentent la tête de la rivière Harricana. Elle présente d’importantes pressions anthropiques, tels que la présence de la villégiature sur les lacs De Montigny et Blouin ainsi que des activités industrielles et agricoles non négligeables.

Station 9 : Rivière Harricana (Val d’Or) est située sur la rivière Harricana au pont de la route 111 à Val-d’Or. Cet emplacement a été choisi, car l’OBVAJ souhaite comparer l’IQPB6 déjà disponible dans le cadre du Réseau-Rivière avec l’indice diatomées de l’Est du Canada.

Station 10 : Rivière Landrienne (St Marc de Figuery) se situe sur le bassin versant de la rivière Harricana où aucune donnée de la qualité de l’eau n’est disponible alors qu’une forte présence d’activités agricoles est constatée.

Station 11 : Ruisseau Thibault (Amos) est située sur le ruisseau Thibault, sous-bassin versant de la rivière Harricana. Plusieurs types de pressions anthropiques y sont retrouvées, tels que qu’une densité de zones urbaines élevées, des surverses, des effluents industriels et des lieux de matières résiduelles.

Station 12 : Rivière Taschereau (Belcourt) se situe sur la rivière Taschereau, sous-bassin versant de la rivière Bell, où la présence de deux sites des rejets d’eaux usées non traitées de la municipalité de Belcourt est observée.

Le plan d’échantillonnage est également disponible pour consultation.

Méthodes utilisées :

Le suivi de la qualité de l’eau s’est effectué selon certains indices et critères reconnus pour les milieux aquatiques :

  1. L’indice de qualité bactériologique et physicochimique (IQBP) : permet de mesurer six (6) descripteurs physico-chimiques et bactériologiques (phosphore total, les coliformes fécaux, les matières en suspension, l’azote ammoniacal, les nitrites-nitrates, la chlorophylle a).
  2. L’indice diatomées de l’Est du Canada (IDEC) : est un bio-indicateur qui permet de détecter et mesurer l’impact des activités humaines sur les communautés aquatiques appelées diatomées.
  3. Le classement trophique : mesure l’état de santé ou état trophique d’un lac, en se basant sur la transparence de l’eau, la chlorophylle a, le phosphore total et le carbone organique dissous.
  4. Les paramètres conventionnels tels que le pH, la conductivité, la température de l’eau et la conductivité sont également relevés sur les sites d’échantillonnage grâce à la multisonde YSI 556 MPS.