La prévention des espèces aquatiques exotiques envahissantes sur les plans d’eau de la région

La prévention des espèces aquatiques exotiques envahissantes sur les plans d’eau de la région

L’OBVAJ, en collaboration avec le Comité régional de lutte contre les espèces exotiques envahissantes de l’Abitibi-Témiscamingue, est heureux de vous confirmer l’installation de divers panneaux de sensibilisation concernant le lavage des embarcations nautiques.

 

Effectivement, la stratégie de lutte contre les espèces exotiques envahissantes à amené le comité à développer un panneau propre à la région qui permettra aux utilisateurs des plans d’eau de comprendre l’importance de bien nettoyer son embarcation nautique entre chaque visite de différents plans d’eau. Le moyen de propagation le plus préoccupant pour notre région est certainement la navigation de plaisance; plus particulièrement par le transfert d’une embarcation d’un plan d’eau à un autre.

Une EEE ? Mais qu’est-ce que c’est ?

Rappelons qu’une espèce exotique envahissante (EEE) est un animal, une plante ou un micro-organisme (virus, bactérie ou champignon) introduit par l’homme, dans un milieu où il n’est pas naturellement présent. Une espèce est considérée envahissante lorsque son introduction dans un nouveau milieu menace les écosystèmes et cause des dommages écologiques, sanitaires, économiques et/ou sociaux.

 

Ces espèces détiennent un important pouvoir de colonisation; par leur forte capacité de reproduction et de dispersion, elles peuvent proliférer au détriment des espèces locales et des écosystèmes. Elles s’adaptent rapidement au milieu où elles sont introduites et entrent en compétition avec les espèces indigènes et les mettent en danger.

État de la situation en Abitibi-Témiscamingue

On estime que l’Abitibi-Témiscamingue est une région encore peu affectée par cette problématique. Par contre, certaines plantes exotiques sont déjà bien implantées et d’autres menacent de plus en plus nos écosystèmes.

Des espèces exotiques envahissantes sont à nos portes et certaines ont déjà franchies le territoire. Notons que la présence du myriophylle à épi a été constaté sur plusieurs lacs du secteur de la ville de Rouyn-Noranda ainsi que la présence du cladocère épineux aux limites de la frontière avec l’Ontario.

Pour la région, les activités récréotouristiques sont fortement dépendantes de la qualité des milieux naturels. Les chasseurs, les pêcheurs, les amateurs d’activités de plein air et d’observation de la nature bénéficient de la biodiversité régionale et ont tout à gagner des retombées de notre projet. En effet, la préservation du patrimoine écologique permettra de maintenir ces activités qui contribuent grandement à la vitalité socio-économique des communautés de la région.

Le projet

51 panneaux ont été distribués seulement sur le territoire de l’OBVAJ pour un total de 115 panneaux sur toute la région l’Abitibi-Témiscamingue. L’implication financière du ministère du Développement durable, de l’environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a permis d’offrir gratuitement ces panneaux aux municipalités impliquées qui se sont à leur tour chargé de l’installation aux rampes de mise à l’eau.

L’OBVAJ et le Comité régional de lutte contre les espèces exotiques envahissantes de l’Abitibi-Témiscamingue tiennent à remercier tous les collaborateurs qui ont permis la réalisation de ce projet régional.

Alors attention ! Pensez à bien nettoyer votre embarcation nautique en suivant les 4 étapes lorsque vous déplacer votre bateau d’un point d’eau à un autre !

(municipalité de Saint-Marc-de-Figuery; rampe de mise à l’eau du lac La Motte)

Visitez la section sur les espèces exotiques envahissantes pour plus de détails ou contactez-nous !

About the Author

Comments are closed.