Projet pilote ;

 

Analyse de la qualité de l’eau de surface

Le travail de rédaction du Plan directeur de l’eau et la collecte d’information concernant la ressource en eau de surface nous a permis de constater un important manque de données sur le territoire. Afin de développer des stratégies adéquates de gestion intégrée de l’eau par bassin versant et des projets pour s’assurer de protéger la ressource de notre région, il est essentiel d’obtenir préalablement un juste portrait de la santé de nos bassins versants. Un projet pilote, inspiré d’un projet élaboré par nos collègues de l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT), a donc été développé par l’OBVAJ afin d’acquérir des connaissances qui permettront de cibler les lieux prioritaires de futurs projets d’intervention. Les données recueillies permettront d’augmenter les bases de données du Plan directeur de l’eau de l’OBVAJ et serviront à augmenter les bases de données régionales et nationales. Le projet fournira donc des données essentielles aux municipalités et aux acteurs locaux afin de débuter une adéquate gestion intégrée de l’eau par bassin versant (GIEBV).

Au Québec, il existe un programme gouvernemental de surveillance de la qualité de l’eau des cours d’eau octroyant un indice de la qualité de l’eau, le Réseau-rivières, mais où le suivi s’effectue seulement sur huit (8) rivières sur les bassins versants des rivières Abitibi et Harricana se trouvant sur la zone de gestion de l’OBVAJ, soit sur plus de 20 000 km². Il se retrouve également onze (11) lacs sur tout le territoire de gestion qui participent au Réseau de surveillance volontaire des lacs (RSVL) , réseau qui permet d’acquérir des données afin d’établir le niveau trophique d’un plan d’eau, mais qui n’octroie pas un indice de la qualité de l’eau en tant que tel. Ces données, quoi que très pertinentes, sont insuffisantes pour évaluer la qualité de l’eau sur un bassin versant.

duparquet

Rivière Duparquet, bassin versant de la rivière Abitibi.

Suite aux observations effectuées par l’OBVAJ et l’analyse de la faible quantité de stations d’échantillonnage sur le territoire, il est impossible de dépeindre un juste portrait de la santé de nos bassins versants. Selon un rapport publié par l’organisation World Wildlife Fund Canada (WWF-Canada), la santé totale du bassin versant de la rivière Harricana ne peut être évaluée car les données disponibles sont insuffisantes. Ce rapport indique que les données sur la qualité de l’eau se trouvent en trop faibles quantité et que le bassin versant présente un niveau moyen de pressions mettant possiblement en péril la qualité de l’eau qu’on y retrouve. Ce document révèle ensuite un score élevé quant aux menaces totales perçues sur le bassin versant de la rivière Abitibi. Les critères de cote élevés indiqués concernent particulièrement les pressions de pollution, la fragmentation d’habitats ainsi que des altérations de débits potentielles. Ceci appuie donc nécessité pour l’OBVAJ de s’impliquer dans la collecte de données supplémentaires afin de contribuer à l’évaluation de l’état de santé des ressources hydriques de surface.

Un projet pilote au coût approximatif de 35 000 $ a donc été élaboré et déposé à divers programmes de subvention afin de voir à sa mise en oeuvre. Un montant substantiel a été obtenu grâce au Fonds Loblaws pour l’eau, mis sur pied par le WWF-Canada et les Compagnies Loblaws limité. 24 500 $ ont été accordés à l’OBVAJ par cette organisation afin que le projet puisse voir le jour, ce qui fait du Fonds Loblaws pour l’eau le principal partenaire du projet.

Pour consulter en ligne le Rapport sur les bassins versants: En santé, l’eau douce au Canada ? produit par le WWF-Canada cliquez ici.

Il est à noter que le projet a reçu un appui moral provenant de diverses organisations locales, régionales et provinciales. Différentes municipalités sur le territoire ont soutenu le développement du projet tel que le Conseil régional de l’environnement de l’Abitibi-Témiscamingue (CREAT), le Parc national d’Aiguebelle (SÉPAQ), la Direction régionale de l’analyse et de l’expertise de l’Abitibi-Témiscamingue et du Nord-du-Québec (MDDELCC) ainsi que l’Organisme de bassin versant du Témiscamingue (OBVT) qui a mis en place un projet similaire en 2015 duquel l’OBVAJ s’est grandement inspiré et par le soutien technique qui a été offert. 

wwf-loblaws-logo-francais

« Le Fonds Loblaw pour l’eau est une initiative de financement du WWF-Canada destinée aux Canadiens qui travaillent sur le terrain à combattre les principaux dangers qui menacent nos cours d’eau et à protéger la santé de cette ressource vitale ».

Le projet

Le projet pilote comprend l’ajout de douze (12) stations d’échantillonnage des eaux de surface sur des localisations spécifiques des bassins versants des rivières Abitibi, Harricana et Bell. Ces stations se veulent complémentaires aux programmes Réseau-Rivières et RSVL déjà en place sur le territoire.

Détermination des stations d’échantillonnage et des indices

Les stations ont été sélectionnées en fonction de critères précis de pressions sur la ressource. Afin de s’assurer de collecter des données aux sites les plus impactés sur le territoire, l’OBVAJ a développé un outil géomatique d’analyse spatiale des sous-bassins versants. Cet outil a permis de déterminer les sous-bassins versants prioritaires en fonction des pressions de pollution anthropiques et des usages de l’eau retrouvées sur la zone de gestion. Pour de plus amples détails concernant l’outil d’aide  la décision Analyse spatiale des pressions anthropiques et des usages de l’eau par bassins versants nous vous invitons à consulter la page du projet ici.

Les indices retenus 

L’indice de qualité bactériologique et physico-chimique (IQBP6) et l’indice diatomées de l’Est du Canada seront utilisés sur différentes stations comme ces indices sont complémentaires. L’utilisation de l’IQBP6 permet de préciser le type d’altération de l’eau tandis que l’indice diatomées de l’Est du Canada octroie une indication du niveau d’eutrophisation et d’enrichissement en matières organiques d’un cours d’eau. L’IQBP6 permet d’analyser les paramètres suivants :

  • Nitrites-nitrates ;
  • Chlorophylle-a ;
  • Coliformes fécaux ;
  • Azote ammoniacal ;
  • Phosphore total ;
  • Matières en suspension.

 

Une multisonde (YSI 556 MPS) sera utilisée sur les sites d’échantillonnage afin de collecter les paramètres suivants :

  • Oxygène dissous ;
  • Le niveau de pH ;
  • La température ;
  • La conductivité.

 

Ces paramètres sont complémentaires à l’utilisation de l’ IQBP6, mais utilisés seuls, ils sont insuffisants afin de donner un indice de la qualité de l’eau de surface.

L’OBVAJ possède cet appareil de détection, donc aucun coût de laboratoire ne sera nécessaire à la prise de ces mesures.

 

En milieu lacustre, les paramètres qui seront analysés seront les suivants :

  • Le phosphore total ;
  • Le carbone organique dissous ;
  • Chlorophylle-a ;
  • Coliformes fécaux.

 

La transparence de l’eau sera également mesurée à l’aide d’un disque de Secchi comme mesure supplémentaire.

Localisation des stations

 

La liste suivante présente les douze (12) stations d’échantillonnage. Les stations qui suivent ont été sélectionnées en fonction des pressions de pollution sur le territoire ainsi qu’en fonction de leur localisation par rapport aux données existantes des réseaux de surveillance gouvernementaux. Comme l’OBVAJ est un organisme misant sur la concertation des acteurs locaux, les municipalités ainsi que divers acteurs sur le territoire sont présentement sollicités afin de participer au projet selon les préoccupations sur la qualité des eaux de surface de leur territoire de gestion et les capacités de financement.

Le Plan d’échantillonnage est également disponible pour consultation.

Station 1 : Rivière Loïs / Tributaire du lac Macamic

Cette station se situe près de l’embouchure de la rivière Loïs, à 4,2 km en amont de la prise d’eau potable de la Ville de Macamic. Une présence importante d’agriculture sur le bassin versant classe ce site préoccupant pour la Ville de Macamic, car celle-ci s’approvisionne en eau de surface à partir de la rivière Loïs.

 

Station 2 : Rivière Duparquet – Tributaire  du lac Abitibi

Cette station se situe près de l’embouchure de la rivière Duparquet, près du lac Abitibi. Il s’y trouve différentes pressions de pollution notamment une présence importante d’agriculture ainsi que la présence de deux sites de rejets d’eaux municipales non traités de la municipalité de Gallichan. Il est à noter qu’une usine de construction de maison est située à 300m de l’un de ses tributaires.

 

Station 3 : Rivière Duparquet en amont

Cette station se situe sur la rivière Duparquet à la hauteur de la route 388. Aucune donnée de la qualité de l’eau n’est disponible à cet endroit. Ce site servira de valeur référence à la station 2  pour comparer les pressions anthropiques provenant de l’agriculture.

 

Station 4 : Rivière Loïs / Entre le lac Loïs et le lac Duchat 

Cette station se situe en amont du sous-bassin versant de la rivière La Sarre où il se trouve peu de pressions anthropiques. Cette station servira de valeur de référence à la station 1 afin de comparer les pressions agricoles.

 

Station 5 : Lac Loïs

Cette station se situe au lac Loïs où aucune donnée sur la qualité de l’eau n’est disponible à ce jour. Ce lac se position en amont du réseau hydrographique du bassin versant de la rivière Abitibi. La Sépaq s’est engagée à financer une partie des coûts d’échantillonnage, car elle est préoccupée par la qualité de ce plan d’eau qui touche au Parc national d’Aiguebelle.

 

Station 6 : Rivière Fournière

Cette station se situe en amont du bassin versant de la rivière Harricana et où peu de pressions anthropiques sont observées et où aucune donnée sur la qualité de l’eau n’est disponible. De plus, cette station servira de valeur référence pour la station 7 qui se trouve en aval du sous-bassin versant de la rivière Milky.

 

Station 7 : Rivière Milky

Cette station se situe à l’exutoire du lac De Montigny, sur la rivière Milky. Cette station se situe en aval du sous bassin versant de la rivière Milky qui présente une forte présence de pressions anthropiques telles qu’une activité minière prononcée, une villégiature importante ainsi que plusieurs usages de l’eau. Les métaux traces seront également analysés à cette station grâce à une entente avec le MDDELCC.

 

Station 8 : Rivière Harricana

Cette station se situe à la confluence des sous-bassins versant des rivières Milky et Bourlamaque. Cette portion de la rivière cumule les effets résiduels de ces deux bassins versants qui alimentent la tête de la rivière Harricana et présentent d’importantes pressions anthropiques tel les effets d’une villégiature importante sur les lacs De Montigny et Blouin ainsi que de la présence d’activités industrielles et agricoles non négligeable. Les données de la qualité de l’eau sont effectuées par le Réseau rivière sur le sous-bassin versant de la rivière Bourlamaque, mais aucune donnée sur la qualité de l’eau n’est disponible en aval des deux sous-bassins versants.

 

Station 9 : Rivière Harricana (pont de la route 111)

Cette station se trouve à la station 08010004 du Réseau-rivières située sur la rivière Harricana au pont de la route 111 à Val-d’Or. Cet emplacement a été choisi, car l’OBVAJ souhaite comparer l’IQPB6 déjà disponible avec l’indice diatomées.

 

Station 10 : Rivière Landrienne 

Cette station se situe sur le bassin versant de la rivière Harricana où aucune donnée de la qualité de l’eau n’est disponible et où une forte présence d’activités agricoles est constatée.

 

Station 11 : Ruisseau Thibeault 

Cette station se situe sur le ruisseau Thibeault, sous-bassin versant de la rivière Harricana. Plusieurs types de pressions anthropiques y sont retrouvées tel que qu’une densité de zones urbaines élevées, des surverses, des effluents industriels de même que des sols contaminés et des lieux de matières résiduelles.

 

Station 12 : Rivière Taschereau

Cette station se situe sur la rivière Taschereau, sous-bassin versant de la rivière Bell, où aucune donnée de qualité de l’eau n’est disponible et où la présence de deux sites de rejets d’eaux usées municipales non traitées est observée.

La carte ci-dessous présente la localisation des différentes stations d’échantillonnage de la qualité de l’eau de surface présentées.

stations_echant_projet_analyse_obvaj_2017

Le bassin versant de la rivière Bell

Le montant de la subvention gracieusement obtenu par le Fonds Loblaws pour l’eau, ne couvrant pas le secteur du bassin versant de la rivière Bell, également sur le territoire de gestion de l’OBVAJ, nous sommes donc présentement à la recherche de sources supplémentaires de financement afin d’intégrer ce territoire au projet d’acquisition de connaissances. La ressource se trouvant sur le bassin versant de la rivière Bell, selon la présence d’activité anthropique et d’usages de l’eau moins accrus, subit vraisemblablement moins de pression de pollution que les bassins versants des rivières Abitibi et Harricana. Toutefois, la qualité de l’eau de certains secteurs subissant diverses pressions seraient également pertinents à suivre dans le cadre de ce projet. L’OBVAJ est donc à la recherche de partenaires financiers afin de couvrir les frais d’échantillonnage et d’analyse de laboratoire. Contactez-nous pour vous impliquer ou pour participez au financement !

Analyses de laboratoire

Les échantillons d’eau et les diatomées seront prélevés par les employés de l’OBVAJ qui détiennent des formations concernant les protocoles précis utilisés.

Les diatomées seront analysées par Mme Isabelle Lavoie Ph. D., spécialiste de l’Indice diatomées de l’Est du Canada.

 

Les échantillons d’eau seront analysés directement en région, par le laboratoire H2Lab, accrédité par le ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC).

h2lab_logo_sans-signature_rgb-grand

Les partenaires

Partenaires OR

World Wildlife Fund Canada (WWF-Canada),

Fier partenaire du projet et subventionnaire principal sans qui le projet ne pourrait voir le jour.

wwf-loblaws-logo-francais

Le Parc d’AiguebelleSociété des établissements de plein air du Québec, fier partenaire qui s’occupera de réaliser l’échantillonnage de la qualité de l’eau à la station 5 du lac Loïs. Celui-ci s’est engagée à financer une partie des coûts d’échantillonnage et de transport des échantillons, car elle est préoccupée par la qualité de ce plan d’eau qui touche au Parc national d’Aiguebelle.

aiguebelle_couleur

Les Mines Richmont sont fiers partenaires Or. Préoccupés par la qualité de la ressource et voulant participer aux efforts d’acquisition de connaissance, la mine Beaufor et l’usine Camflo assurent respectivement 50 % du montant.

logorichmont_camflo
logorichmont_beaufor

Reflétant son intérêt pour l’acquisition de connaissance des ressources hydriques sur son territoire, la Ville d’Amos participe au financement de la station 11 – Ruisseau Thibeault.

logo_ville_amos

Fournier & Fils inc. s’est engagé à participer au financement de l’ensemble du projet d’échantillonnage en raison de leur intérêt pour les ressources hydriques.

Fournier_pant

Eacom Timber Corporation se démarque également comme partenaire de financement OR pour le projet.

eacom-logo-blanc_sur_vert-copie

Nous remercions également Mine Canadian Malartic, fier partenaire OR, qui s’est impliqué financièrement dans le projet.

Mine_Canadian_Malartic_PMS

Partenaires ARGENT

La Ville de Macamic participe au financement de la station 1 – Rivière Loïs qui se situe à environ 4 km en amont de leur prise d’eau potable.

logo-ville-macamic